Recherche avec google
sur le site
sur le web





"La rivière d’Ain est un cours d’eau à méandres libres ou divagants : la construction et la destruction des bancs de graviers se succèdent à un rythme rapide, les chenaux se déplacent à l’échelle de l’année, les méandres se coupent et se recoupent à l’échelle de décennies ou de quelques décennies…mais pour combien de temps ? La basse rivière d’Ain manque de matériaux, il n’en arrive plus à l’amont à cause des barrages et du reboisement des montagnes, la rivière doit donc puiser dans sa plaine alluviale en érodant ses berges et creusant son lit"


L’application du SAGE

Pas d’extension ou de nouvelles carrières dans l’espace de liberté

Pas d’enrochements ou de digues susceptibles d’empêcher le déplacement de la rivière à l’exception des zones à enjeux (ouvrages publiques, habitations,…)

Prise en compte de l’espace de liberté dans le SCOT Bugey-Côtière-Plaine de l’Ain


Les actions du contrat de bassin

Pour répondre aux objectifs du SAGE, plusieurs propositions émergent des réflexions actuelles :

Des subventions publiques pour inciter les maîtres d’ouvrage chargés de l’entretien des cours d’eau à remettre les matériaux extraits du lit dans un autre secteur où ils ne gêneront pas l’écoulement des eaux : l’idée est d’éviter les fuites solides du système basse rivière d’Ain

Reconquérir des zones de l’espace de mobilité actuellement déconnectées de la rivière (proposition de l’étude menée dans le cadre du LIFE).


Les actions du LIFE

Acquisition par le CREN de terrains dans l’espace de mobilité (30 ha)

Soumission au régime forestier des espaces alluviaux communaux situés dans le lit majeur (Blyes, St-Jean-de-Niost, St-Maurice-de-Gourdans, Chatillon-la-Palud)

Pour en savoir plus :
Journal RiverAin N°4 (pdf, 780Ko)